Viréo Log Out | Accueil | Recherche
Modérateurs | Fiche perso

SPM aviAvis » Aide à l'identification » Viréo « Précédent Suivant »

Auteur Message
Haut de pageMessage précédentMessage suivantBas de page Clic droit puis 'copier le raccourci '. Peut ensuite être collé comme lien dans une réponse.

Bernard
Identifiant : Bv

Inscrit: 04-2016
Envoyé lundi 16 octobre 2017 - 18h16:   

commentaire

commentaire

Mon expérience des viréos n'étant pas des plus solides, puisque se limitant à quelques manipulations muséologiques, je ne prétendrai donc pas conclure le débat sur la question ici soulevée. D'autant plus qu'il y a des cas, en ornithologie, comme dans toutes les autres branches des sciences naturelles, où la sagesse impose l'approximation. En d'autres termes, concernant les deux espèces de viréos évoquées ici, (tout comme d'ailleurs un cas similaire abordé récemment dans une autre rubrique du même site, au sujet de certaines moucherolles), il vaut peut-être mieux, à mon avis, ne pas chercher à dépasser les limites du raisonnable et s'en tenir au genre : (Viréo sp?).

Si l'on s'en tient à la littérature existante, les vrais critères de détermination, morphologiquement parlant, dans des cas les plus litigieux, comme ceux-là, relèvent de l'analyse visuelle rapprochée et donc par examen de l'oiseau en main, après capture bien entendu. C'est par conséquent du côté des ouvrages destinés à ceux qui manipulent les oiseaux ( bagueurs, et chercheurs en muséologie), qu'on devra se reporter. Dans ce domaine, il me semble que l'ouvrage de référence actuellement reste celui de Pyle (1) que possèdent tous les bagueurs américains. C'est probablement à ce dernier ouvrage que se réfère le correspondant de Patrick, bien qu'il ne cite pas ses sources. Je suppose qu'il est lui aussi bagueur, parce que ce genre de littérature est inutilisable dans le cadre d'observations de terrain.

Il existe des cas semblables en Europe, notamment avec certaines fauvettes (Acrocephalus, Hippolais, Pylloscopus...) avec lesquels il vaut mieux ne pas aller trop loin dans le diagnostic, lors d'une observation in natura, et de se contenter de nommer le genre. Ce qui n'est déjà pas si mal. Mais lorsqu'on a l'oiseau en main, alors apparaissent de façon nettement plus évidente les critères propres à chaque espèce. En général l'évaluation de la formule alaire apporte des résultats probants, sinon il reste quelques relevés morphométriques qui par recoupements emmènent le plus souvent au résultat escompté. Dans le cas présent on peut constater que, d'après la littérature ci-nommée, les espèces concernées peuvent se distinguer d'emblée sur l'observation de la RP 10, comme l'a justement signalé le correspondant de Patrick, (voir photos ci-jointes des croquis donnés par Pyle). Toutefois, il ne faut pas espérer pouvoir apprécier un tel critère sur le terrain, la "rémicle" (c'est ainsi qu'on nomme également la rémige primaire la plus externe, lorsqu'elle est réduite à sa plus simple expression, comme dans le cas des deux espèces en question) étant par définition une plume invisible sur le terrain, cachée sous la racine de la pénultième des rémiges primaires (2). Ci-joint, deux croquis de formule alaire des deux espèces de viréos dont il est ici question. J'ai entouré en rouge la fameuse RP 10, qui a été volontairement écartée de l'aile pour les besoins de la cause par le dessinateur. En réalité cette plume reste cachée et il faut vraiment aller la chercher avec ses ongles, et bien aiguisés si possible !

(1). Pyle, Peter. 1997. Identification Guide to North American Birds - Part 1 (Columbidae to Ploceidae). Slate Creek Press. 732 p.

(2). Il est important de rappeler ici que la façon de procéder au comptage des rémiges primaires (RP) ne fait pas l'unanimité des deux côtés de l'Atlantique. Sur le continent Nord Américain, on compte les rémiges primaires de l'intérieur de l'aile vers l'extérieur (comptage centrifuge des RP) alors qu'en Europe on procède de la manière inverse (comptage centripète des RP).


.
Haut de pageMessage précédentMessage suivantBas de page Clic droit puis 'copier le raccourci '. Peut ensuite être collé comme lien dans une réponse.

Patrick
Identifiant : Pb

Inscrit: 05-2011
Envoyé jeudi 12 octobre 2017 - 19h06:   

J'ai soumis les photos à Marcelo Brongo qui avait identifié le mélodieux de Coco en septembre 2014. Avec en plus cette photo là.

vireo

Voici sa réponse :
Pas facile ton oiseau. Le lore est assez claire et la zone malaire très pâle et diffuse. Aussi pas de jaune à la gorge ou très très pâle. La zone joue-nuque est aussi notablement plus pâle que la couronne. Tous des point pour le mélodieux. N'aurais-tu pas des photos des ailes ouvertes ou du moins des couvertures primaires non caché par la branche? La photo de face permet de voir la P10 assez longue genre de même longueur que les couvertures primaires mais ce n'est pas très très claire (un point pour le mélodieux). Avec ces photos, je suis plus mélodieux que philadelphie. Le type de coloration jaune est aussi plus mélodieux (jaune terne) et pas jaune plus lumineux du philadelphie.

J'ai renvoyé une autre photo que je n'avais pas mise parce que trop floue mais où la branche cachait l'oiseau un peu différemment.

vireo2

Et voici sa réponse :
Ouais malheureusement pas assez de détails. Mais je reste avec le mélodieux.
Belle découverte pour la région!
Marcelo
Haut de pageMessage précédentMessage suivantBas de page Clic droit puis 'copier le raccourci '. Peut ensuite être collé comme lien dans une réponse.

Patrick Hacala
Identifiant : Pha

Inscrit: 05-2011
Envoyé jeudi 12 octobre 2017 - 15h27:   

c'est vrai qu'il est beaucoup plus pâle et que la barre de l'½il ne vas pas jusqu'au bec.
Haut de pageMessage précédentMessage suivantBas de page Clic droit puis 'copier le raccourci '. Peut ensuite être collé comme lien dans une réponse.

Patrick
Identifiant : Pb

Inscrit: 05-2011
Envoyé jeudi 12 octobre 2017 - 13h04:   

Ce matin à Frecker, j'ai photographié un viréo, espérant avoir dans le viseur un viréo mélodieux. Après en regardant les photos sur l'appareil, je penchais pour un Philadelphie et après une fois sur l'ordi, je ne suis plus tout à fait sûr.
Si l'on compare à la photo postée par Patrick le 24 septembre le lore est nettement moins noir. La distribution du jaune est plus sur les flancs que sur la gorge ... Votre avis ?

vireo1


vireo2



vireo3

Participez à la discussion
Message:
Gras Italique Interligne Créer un hyperlien Insérer  un émoticône

identifiant : Information d'envoi:
Cet espace est réservé. Seuls les utilisateurs inscrits et les modérateurs peuvent y écrire des messages.
Mot de passe :
Envoyer:

Accueil | Depuis hier | Sur 7 jours | Vue d'ensemble | Recherche | Guide | Logiciel Administration


Vue satellite | Vue Radar | Cyclones | Air | Canada | Météo France